En l'an 2002 Guilhem dans l' "ENFER FISCAL"
Sommaire - vue d'ensemble des dossiers traités par l'ACH34 
Charte de l' association des Contribuables de l'Hérault 
Editoraux des lettres déjà publiées 
Chiffres clés 
Décentralisation 
Actions sur le Terrain - Echos du Conseil Municipal 
Conseil Général de l'Hérault 
Argent Public - Que font ils de notre argent ? 
Economie Locale -  Etudes et Analyses 
Impôts Locaux 
Communauté d'agglomération de Montpellier 
Tribune - Page ouverte aux Contribuables 
Campagne pour l'égalité fiscale 
Claim set up to European Union 
Page ouverte aux autres associations 
Bulletin d'adhésion 
 
ASSOCIATION DES CONTRIBUABLES DE L'HERAULT ACH34
ARGENT PUBLIC - QUE FONT ILS DE NOTRE ARGENT?

Brèves de mai 2010 Frêche et son programme régional//// Et si on comparait les indemnités chômage ?///// La crise et l'Explosion des déficits vues par la Cour des Comptes...(Nouveau) (mai 2010)

Archives: autres dossiers...

 

.Toujours plus qu'ailleurs les dépenses inutiles.... Voilà ce qui mène à des impôts locaux record de France.

Ci contre une des oeuvres d'art jalonnant le tramway. (serait ce un repère pour l'entrée de l'hopital?)

Les  "sculptures du tramway"
Les mots qui resteront:

Georges Frêche, lors du jury du concours pour la future mairie de Montpellier le 24 septembre 2002, à la question : "comment comptez- vous financer le projet?":, répondit:

"Bien sûr, nous emprunterons. Vous ne pensez pas que je laisserai de l'argent dans les caisses quand je partirai!"

 

 

Brèves de mai 2010 (Nouveau) (lettre n.39 - mai 2010)

 

Frêche et son programme régional

Le TER à 1 €… Vézinhet, l’a fait pour les cars du département, Frêche lui emboîte le pas pour les trains régionaux. Il compte le mettre en place dans 1 ou 2 ans… Est-ce aux contribuables de financer les déplacements des citoyens ? A 1 € le voyage, il va y avoir des clients et immanquablement, il faudra acheter de nouveaux matériels roulants. Encore un projet non évalué !

Les ordinateurs pour lycéens… 8 M€, le permis de conduire à 500 € pour les apprentis et lauréats du CAP (1 500/an)

Et en plus, de l’augmentation des budgets logement social, tourisme, sports et de l’ADSL pour tous, il nous promet de nouveaux emplois non délocalisables… les seuls emplois vraiment noin délocalisables sont ceux de la fonction publique

 

Et si on comparait les indemnités chômage ?

La crise est bien installée et les français sont surexposés aux difficultés… Les députés, eux, n’ont rien à craindre : pour chaque député non réélu, les Français devront payer sur 5 ans (le temps d’une alternance législative) : 417 120 €, soit 60 mois X 6 952 €. A l’issue des 5 ans d’indemnisation, les députés non réélus percevront à vie 20 % de ce traitement, soit 1 390 €/mois…. La République est généreuse…. Charité bien ordonnée commence par soi-même ! Mais, il paraît qu’Eric Woerth va s’attaquer aux retraites des parlementaires. Les alignera-t-il sur le public ou sur le privé ?

 

La crise et l'Explosion des déficits vues par la Cour des Comptes....

 :Dans son rapport annuel publié début mars 2010, la Cour des Comptes indique que «si la crise est la cause principale de l’explosion des déficits (3,4 %  du P.I.B. en 2008 et 7,9 en 2009), la gestion des services publics en aggrave l’effet. »    Et elle cite, entre autres exemples :

- l’assurance chômage : la fraude s’élève à « plus de deux milliards d’euros par an ! »

-  les contrôleurs aériens :  qui travaillent  « moins d’une centaine de jours par an »  grâce aux autorisations d’absence (« clairances »)

-  la S.N.C.F. : le coût exorbitant du modèle social : billets gratuits ou presque dont bénéficient 840.000 cheminots, actifs, retraités et parents. La Cour recommande « l’harmonisation de son cadre social avec celui du droit commun ».

HAUT DE PAGE

 

De Philippe Seguin………à « la brigade des feuilles » (Nouveau) (lettre n.38 - janvier 2010)

Les politiques de tout poil, de gauche, de droite et d’ailleurs, nous ont récemment saoulés des éloges saluant la mémoire du président de la Cour des Comptes.

Ils auraient été mieux inspirés de lire avec attention ses dernières analyses et recommandations, voire de s’en inspirer pour la conduite des affaires du pays. Il est vrai que, osant appeler un chat un chat, Philippe Seguin  dresse un tableau effarant des effectifs de la Fonction Publique et de leur évolution.

En effet, le nombre de fonctionnaires continue d’augmenter en France contrairement à ce que l’on pourrait penser en vertu de la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux: + 36 % d’augmentation des effectifs publics entre 1980 et 2008.

Non remplacement de un fonctionnaire sur deux ... Où en est-on ? - voir rapport IFRAP (Clicquez ici)

Nous avons en France 20 % d’agents publics dans la population active là où l’Italie en a 14 %, la Suisse 11 % ou le Royaume-Uni 9,5 %..

Avec 60% d’agents de droit privé et 40% de fonctionnaires sous statut n’ayant pas le droit de grève, l’Allemagne a un taux de fonction publique au sein de la population active de 11,3 %.

 Là où tous nos voisins européens baissent leurs effectifs, suppriment leurs statuts à vie ou les réservent aux agents ayant réellement des missions régaliennes, la France continue à embaucher dans le public des effectifs qui lui coûteront chacun  3,5 millions d’euros « tout au long de sa vie «.

Alors, avec une telle politique (ou plutôt absence de politique), on atteint des sommets ubuesques.

Par exemple,  les effectifs du ministère de l’agriculture et de ses opérateurs ont doublé, alors que le poids de l’agriculture dans l’emploi et la richesse nationale était divisé par deux. Demain, on peut légitimement espérer avoir plus de fonctionnaires s’occupant d’agriculture que d’agriculteurs. Après demain, nous aurons, certainement  plus de fonctionnaires au ministère des anciens combattants que d’anciens combattants Alors, quand Philippe Séguin déclare qu’il « y a urgence à mettre en place une politique globale de gestion des personnels publics »,  il parle d’or…ou plutôt, soyons clairs, d’argent, et il s’agit du notre, contribuables.

Un enjeu majeur des dépenses publiques : les collectivités territoriales

Ces dix dernières années, la FPT est celle des trois fonctions publiques (État, hospitalière, territoriale) qui a le plus augmenté ; En 25 ans, les effectifs ont bondi de 51 % alors que l’ensemble des administrations augmentait de 17 % et que les dépenses des collectivités locales qui en découlent (50 % des dépenses sont des dépenses de personnel)  ont été multipliées par 2.  Une hausse qui représente 25 % de la croissance de la dépense publique totale. Plus précisément, c’est le secteur communal qui arrive en tête, employant encore les deux tiers des effectifs des collectivités locales.

Alors, comment ne pas penser à « La brigade des feuilles » des « Chevaliers du fiel » et s’interroger sur la qualité du recrutement ?

Pour chaque agent recruté, quel élu local signant « le  chèque de 3,5 M d’euros », peut expliquer sans problème, les conditions de ce recrutement = quelle filiation (familiale, amicale ou syndicale), quelle publicité faite à ce recrutement, quelles modalités de tri des candidatures, d’examen, de sélection, de validation ? Certes, tous les agents communaux ne se mettent pas en grève parce que le maire veut installer des GPS sur les brouettes, mais une réponse à la question ci- dessus, rassurerait le citoyen-contribuable et serait un peu de réconfort pour feu le second rôle de la cour des comptes (*)

* F Hollande a déclaré qu’il ne voulait pas de « second rôle », en l’occurrence la présidence de la Cour des Comptes……Alors, comment ne pas penser à « La brigade des feuilles » des « Chevaliers du fiel » et s’interroger sur la qualité du recrutement ?

 

HAUT DE PAGE

Brèves d'actualité ......

Ville de Montpellier… TOUJOURS PLUS DE PERSONNEL !

Georges FRECHE connaît bien sa ville… et pour cause. Dans l’été il a conseillé à Hélène MANDROUX de ne pas remplacer les départs à la retraite jusqu’à ce que les effectifs de la ville baissent de 500/600 fonctionnaires. En 2002, de nombreuses compétences sont passées à l’agglo et avec elles le personnel. Mais depuis notre Maire veut reconstituer les effectifs et embauche à tour de bras. Ainsi les dépenses de personnel augmentent tous les ans dans des proportions dépassant largement l’inflation ! En 2008 / 119 M€ ; en 2009  : 129 M€ et en 2010 : 135 M€, soit + 13,4 % en 2 ans... Sans compter le taux d'absentéisme : 22 % ! Et ça risque de se corser lorsque le palais de la mairie sera achevé : il faudra bien remplir les bureaux !   

Les maisons de la région coûtent cher...

                Le cri (Contribuables Associés) révèle dans son dernier numéro le coût moyen des ambassades du Languedoc Roussillon dans le monde (Bruxelles, Milan, Londres Shanghai, New-York). Pour le moment, c'est 25 000 € par jours qui sont dépensés pour une vingtaine de visiteurs... pour un total annuel des 5 maisons ouvertes de 6 M€ ! Et 10 autres sont en projet si Georges Frêche est réélu !

PROMESSES ELECTORALES : 8 M€ pour le cartable électronique… .

Le problème avec Frêche, c’est qu’il tient ses promesses… Pour les précédentes élections régionales, il avait promis la gratuité des livres, il l’a fait ! Cette fois-ci il veut offrir un ordinateur à chacun des 30 000 lycéens et aux 5 000 apprentis de la région ! Couderc trouve que c’est une bonne idée. C’est facile avec l’argent des autres ? A quand le téléphone portable gratis ?

ET VEZINHET FAIT DE LA SURENCHERE… Histoire de concurrencer son meilleur ennemie, le Président du Conseil de l’Hérault vient de décider la distribution d’une soixantaine d’ordinateurs à des familles de LA PAILLADE (son fief électoral de Député)…. Quelle motivation pour le travail quand le superflu devient gratuit ?

La GUYANE et la MARTINIQUE viennent de dire OUI à une collectivité unique… Après avoir repoussé massivement une autonomie accrue, l’Outremer montre l’exemple à la Métropole qui traîne des pieds pour la fusion départements/régions…

Le SDIS34 épinglé par la Chambre des Comptes LR… Le fameux Colonel Cassar a fini par attirer l’attention des Magistrats de la Chambre et évidemment, il y a à redire ! Le Colonel a la réputation de ne pas trop s’embarrasser des règlements… Serait-il protéger par Michel GAUDY, le financier du Conseil Général 34 ? Y aura-t-il une suite judiciaire ? Contre toute attente, c’est le Colonel qui attaque ! L’attaque n’est-elle pas la meilleure des défenses !

Et SETE AUSSI !!! Autre rapport de la Chambre : la ville de Sète de 1999 à 2007 qui dénonce la gestion Commeinhes (droite) et Liberti (gauche) notamment pour le niveau de fiscalité et de dette : 1 765 €/habitant contre 905 € en moyenne nationale, pour des dépenses de personnel excessives : 55 % des charges de gestion de la ville… enfin la litanie des observations ordinaires faites aux collectivités du cru ! (voir le rapport sur le site de la CRCL.R.)

Subventions électoralistes… Grand seigneur, Georges Frêche se défend de ne pas subventionner ceux qui ont la mauvaise idée de ne pas être de son bord. Ainsi, lorsqu’on lui reproche de ne pas accorder de subvention au Seaquarium du Grau-du-Roi, alors que l’aquarium de Montpellier bénéficie de toutes ses largesses…il déclare sans complexe « Moi, je, subventionne tout le monde et pas en fonction de la couleur politique…. »

Contribuables, victimes de la guéguerre…Souvenons nous de l'action de l'ACH contestant la décision du conseil général de l'Hérault de construire son propre réseau de communications haut débit, peu en importait le coût et l’autre solution plus raisonnable qui consistait à compléter le réseau déjà existant avec  l'extension possible vers les zones peu habitées  du réseau de France Telecom à flux rapide..  Il y eut donc grosse dépense. La Région vient, elle, de signer avec France Telecom pour étendre le réseau ADSL sur l'ensemble du territoire régional. Le « richissime Hérault » et son seigneur qui se la joue moderne est donc à part avec un équipement bien à lui ; encore un exemple d'inconséquence décisionnelle, où chacun fait sa cuisine égotiste sans se soucier de l'affreux contribuable qui paie et repaie, vivement la fusion entre collectivités!   

L'enfer fiscal c’est ICI… Ce lundi 25 janvier le Président de la République s'est entretenu avec un panel de citoyens de classes sociales variées,  représentatifs des difficultés du moment. Parlant de l'économie il a cité  les boulets que sont une dette astronomique, les 35 heures et surtout la « fiscalité la plus lourde du monde » (propos repris à l'Elysée le 28 janvier). Cette fois nous validons notre affirmation  que les Montpelliérains, Nîmois, Sétois ... ces classes moyennes loin d'être riches  qui paient leurs impôts locaux aux taux pleins   (total communes+agglo+départements+région+frais de l'Etat) sont les plus imposés au monde. Le Président se doit en conscience de rétablir l'égalité fiscale première étape au retour des règles de la République.

HAUT DE PAGE

 

Les largesses de Georges octobre 2009)

C’est bien connu avec l’argent des autres…. Notre Président d’agglo et de Région est des plus généreux. Ainsi, pour récupérer dans son giron électoral les votes des chasseurs (qui se sont donnés à Sarkozy au national), il propose à Ferdinand JAOUL, représentant local de « Chasse, pêche, nature, traditions » de le prendre sur sa liste des Régionales et d’aider ce mouvement à payer les dégâts causés par les sangliers dont la facture s’élève ici à 1,6 million d’euros. Autre générosité : sa promesse à NICOLLIN de payer « un grand attaquant » si le club de foot Montpelliérain est dans les 5 premiers ! On croit rêver ! Nos grands féodaux nous rackettent pour asseoir leur pouvoir…. Où est l’intérêt général ?

HAUT DE PAGE

 

Slogan contre slogan ..... Palais à la hausse (septembre 2008)

Slogan contre slogan

Frèche : « Avec la Région, les résultats sont là »

Le Peuple « C’est nous qui payons » .....quelques petits résultats affichés sur tous les médias (presse, radio, TV, affiches…) pour de grosses dépenses et de gros impôts.

 

Palais à la hausse

C’est ainsi que Jean NOUVEL, l’architecte de renom qui vient de recevoir le prix Pritzker, a augmenté ses honoraires de près d’un million d’euros. La construction de la Mairie devrait suivre cette tendance inflationniste et dépasser les 150 millions ! Pour le palais du département destiné à loger les archives et carrossé par Zaha HADID, la facture a été annoncée en hausse de 22 %... pour arriver au final à peu près au même coût que l’Hôtel de Ville !

HAUT DE PAGE

 

Représentations Françaises (septembre 2008)

La France affiche le record mondial pour le nombre de représentations auprès des organisations internationales (France: 17, Etats-Unis: 11). En outre, elle dispose, pour la représenter, du plus grand nombre d’ambassades (152) des pays européens, soit presque autant que les Etats-Unis (166). Elle peut aussi se flatter d’un autre record, celui du total des ambassades et des consulats (268 pour la France, 249 pour les USA, 225 pour le Royaume Uni). Mais, notre gouvernement envisage d’en supprimer quelques unes. De son côté, Frèche, à contre-courant installe ses représentations locales sur tous les continents du monde ! La revue Capital de juillet dénonce les gaspillages des Collectivités Territoriales et s’arrête sur la Région Languedoc Roussillon avec une enquête sur les maisons régionales si peu fréquentées : Londres 5 visiteurs/jour, Bruxelles 0 visiteur, Milan 5 visiteurs/jour, Shanghai 5 visiteurs/jour. Une quinzaine de maisons devraient être installées dans le monde (sans compter les jumelages et autres), de quoi faire un véritable catalogue de voyages au prétexte de développer la coopération décentralisée !

HAUT DE PAGE

 

Musée Fabre (janvier 2007)

Selon le Midi Libre du 26/12/06 Georges Frêche approuve le remplacement de l’ancienne équipe municipale de surveillance du musée Fabre par une entreprise privée. Il dit : « j’ai dû m’y résoudre car le taux d’absentéisme était de 25% »… «  par manque de personnel on était parfois obligé de fermer certaines salles »…

Georges Frêche est un grand gestionnaire ; au lieu d’invoquer, comme il est d’usage chez nos responsables subalternes, le « manque de personnel » et d’embaucher plus de fonctionnaires, il ose faire allusion à la gestion calamiteuse de la Municipalité qui permet cet absentéisme record ; il se démarque ainsi des élus montpelliérains « traditionnels » qui minimisent le problème ou qui pensent le résoudre en recourant à des « primes de présence ».

Au royaume des aveugles les borgnes sont des caïds…

Au Japon le Freche-san local aurait fait la même annonce en se prosternant pour demander pardon au public ; il aurait présenté sa démission.

Ici Georges Frêche est un surhomme simplement pour avoir reconnu une évidence. Et ne soyez pas naïfs. Si vous pensez que nos sommités locales, les yeux enfin dessillés, vont en profiter pour remettre à plat les services municipaux et augmenter leur productivité, vous risquez d’en être –littéralement- pour vos frais. Ici on ne touche pas aux services apathiques; on les double par des entreprises privées. C’est bien mieux comme cela. Sauf pour les contribuables, mais ils sont ligotés et otages du système.

HAUT DE PAGE

 

L’affaire PRODEXPORT (janvier 2007)

Cette « affaire » fait bruisser le microcosme régional.

Le Midi-Libre est revenu à plusieurs reprises sur cet épineux dossier. La Chambre Régionale des Comptes a transmis son rapport au Parquet  et plusieurs plaintes ont été déposées par la Région, contre M. Pouzilhac pour « abus de biens sociaux », contre Jacques BLANC et l’ancien gérant de la société de communication et de Conseil Terre Occitane pour « recel et complicité ». De son côté M. POUZILHAC attaque Georges FRECHE (le nouveau Président de Région). Ce sont au moins trois magistrats qui travaillent sur les dossiers.

A la base il s’agit bien de savoir si il y a eu détournement d’argent public (« sorties de fonds dans un but différent des prestations évoquées » selon la qualification de la justice) par le Conseil Régional à travers une société d’économie mixte. Les faits se sont déroulés pendant la mandature de Jacques BLANC (également président d’honneur de la société PRODEXPORT de 1998 à 2002 puis président de 2002 à 2004). Le Midi Libre rappelle que l’administration fiscale s’interroge, comme l’avait fait la chambre régionale des comptes, sur l’usage fait par cette société de l’argent public  et parle d’ « opérations fictives », de « manœuvres frauduleuses » et de «prestations excessivement facturées ».

Un exemple est détaillé avec la société ICX pour l’hébergement informatique. Les enquêteurs des impôts ont jugé que les prestations payées étaient disproportionnées au regard du travail fourni. Un accès ADSL était facturé par ICX-France 1.285 €/mois. Alors qu’un accès « professionnel » par Wanadoo ne coûte que 75 €/mois.

Selon une évaluation de l’administration fiscale 1,3 M€ auraient échappé à l’impôt de 2002 à 2004. Si des malversations de cette ampleur sont confirmées on comprend les réactions indignées de la population. Ceux-là mêmes qui auraient du conduire notre région vers la prospérité ont contribué, en fait, à la maintenir pauvre et endettée pendant qu’ils « se payaient sur la bête ».

A noter que la nébuleuse de sociétés qui gravitaient autour de PRODEXPORT utilisaient quelques « boites aux lettres » faisant transiter l’argent encaissé vers le Grand-Duché de Luxembourg, les Iles Marshall, Bélize, l’Ile Maurice, l’Argentine ou le Brésil. Comment peut-on tolérer de telles dérives? Nous espérons que la justice pourra cette fois, enfin, pénétrer le réseau opaque des société offshore en cascade...

Mais que son dénonciateur, éminent dépensocrate de gauche, ne se réjouisse pas trop vite. Souvent la roue tourne.

HAUT DE PAGE

 

Chères huîtres de Bouzigues (janvier 2007)

L’Etang de Thau couvre 7 500 hectares. Les activités conchylicoles génèrent entre 1 600 et 3 000 emplois selon les sources pour une production de 15 à 30 000 T d’huîtres. C’est dire l’importance du maintien de la qualité de ses eaux. En 1995, le Conseil d’Etat entérine un « schéma de mise en valeur de la mer – Etang de Thau et sa façade maritime », établi par les administrations et les élus des 9 communes riveraines. Il s’agissait de répartir les différentes formes d’occupation humaine sur son pourtour, notamment en matière d’urbanisme, ce schéma s’imposant aux plans d’occupation des sols.

Toujours dans le but de préserver la qualité des eaux de l’Etang, deux contrats de baie d’échelonneront entre 1990 et 2000, d’un montant de 36 millions d’euros pour le premier et de 45 millions d’euros pour le second. Un troisième vient d’être lancé pour 62 millions d’euros. Alors que le premier contrat avait fait l’objet d’un bilan par Ifremer et les partenaires, le second – géré par une structure mise en place par le préfet de l’époque, APOGEE – n’a jamais déposé ses comptes. L’un des participants a même déclaré : « Au delà du travail accompli, on ne s’est pas doté d’outils permettant de mesurer le gain environnemental de nos actions, afin d’établir les relations de causes à effet », ce qui signifie qu’on ne sait pas à quoi ont servi les 45 millions d’euros. Car ces contrats n’ont pas empêché l’Etang de connaître des problèmes divers et variés : malaïgues, contaminations bactériennes, algues toxiques, alexandrium, etc… conduisant la plupart du temps à une interdiction de commercialisation des coquillages. A chaque fois, les conchyliculteurs reçoivent des aides importantes de l’Etat et des collectivités.

Mais la sanction a fini par tomber : le 23 juin 2004, le préfet déclassait l’Etang de A en B, rendant le passage en bassins de purification obligatoire. Coût de l’opération : 1,5 million d’euros générant de nouvelles demandes d’aides de la part des professionnels.

En juillet dernier, une malaïgue sévit à nouveau. Alors qu’elle donnera lieu à une déclaration de perte de 9 000 T de coquillages, on ne constatera la mise en décharge que de 1 000 T de déchets conchylicoles. Et un titre du Midi libre du 30 décembre évoque une perte de 5 000 T. Pendant ce temps, les « fêtes de l’huître » battaient leur plein autour de l’Etang. Ce flou artistique est la caractéristique de cette activité. En octobre dernier, le conseil régional a attribué une aide exceptionnelle à 159 conchyliculteurs qui se partageront 530 000 euros d’argent public.

Les huitres de Bouzigues finissent par nous peser sur l’estomac

HAUT DE PAGE

 

Brèves.... (septembre 2006)

 

Que la fête continue !

Que la fête continue ! Bal populaire le 9 septembre : les seigneurs locaux, bien repus, invitent leurs sujets à danser devant le buffet (de l'hôtel de région) pour fêter les 70 ans du Front Populaire. Le peuple demande du travail et de la considération; on lui « offre » la fête permanente et la nostalgie pour l'endormir. Panem, vinum et circenses.... Et ça marche... Pour combien de temps encore ?

 

L'argent des partis

Cette année les partis politiques ont reçu un total de 73 Millions d'euros, dont 32,2 pour l'UMP ; 20 pour le PS et radicaux socialistes ; 9 pour le FN ; 3,8 pour le PC ; 2,2 pour les verts. Dans le même temps, la ville de Montpellier a distribué 23 millions d'euros aux associations, et, sa communauté d'agglo 38,5 ME + une rallonge de 15 ME en juillet. De quoi faire plaisir et attendre un retour d'ascenseur pour les prochaines élections !

 

Les feuilles d'imposition

La feuille d'imposition sur le foncier bâti des Montpelliérains vient d'augmenter de + 2,6 % dont + 1,8% pour la commune, + 5,4% pour le département et 2,5% pour la région... Au global, c'est plus que l'inflation et s'applique sur des taux parmi les plus élevés de France.
Bientôt dans les boites à lettres : taxe d'habitation et professionnelle toutes à la hausse !

 

un bon.... et un mauvais politique

Au cours d'une inauguration (une de plus) Georges FRECHE dit à Jacques DOMERGUE (autre prétendant à la mairie de Montpellier) : « Vous n'êtes pas antipathique, vous êtes un bon chirurgien, mais un mauvais politique »

C'est quoi un bon politique ? Un élu à l'image du grand Georges qui, pour assouvir sa soif de pouvoir gaspille sans compter l'argent public tout en méprisant les contribuables ?

 

L'aquarium Mare Nostrum

L'aquarium Mare Nostrum sur le pôle Odysseum sera inauguré à l'automne 2007 (pour la campagne des municipales) l'investissement est de 27,5 Millions d'euros pris en charge à 85 % par la Communauté d'agglomération de Montpellier, le reste par la Région. Le pire est à venir avec les frais de fonctionnement délirants ...

HAUT DE PAGE

 

Hélène Mandroux, baroudeuse ou baratineuse ? (septembre 2006)

Le Maire de Montpellier est une grande baroudeuse ! La Chine, l’Inde, Israël, aucune destination n’échappe à  sa soif de reconnaissance à travers un activisme planétaire. Il est vrai que lorsqu’on est le « meilleur Maire de France », les peuplades sous développées attendent beaucoup d’un tel phénix.

Tout paraît simple et justifié lorsqu’on voyage aux frais des contribuables. Les Chinois, par exemple, lui ont fait un triomphe et on l’a reçue « comme un chef d’Etat » si l’on en croit son service de communication. En réalité, la trace la plus visible du passage d’Hélène à Chengdu est sa visite aux pandas du zoo.

Grâce à notre aide et nos conseils éclairés, ils vont enfin accéder à la santé et régler leurs problèmes de transport. Pendant ce temps, les Montpelliérains font du sur-place sur le chantier du jeu de Paume, décidé en force par Hélène. La vraie place d’une baroudeuse était là, passant elle aussi une bonne heure pour aller du Peyrou à la Babotte ! Pendant ce temps, notre CHU cherche des sous. Hélène était-elle en train de faire le siège du ministre de la santé pour régler la question ? Non, mais par bonheur notre Maire a appris par la presse le montant du complément de subvention attribué.
Les Indiens eux aussi attendent tout de nous et nous allons développer une fantastique collaboration avec eux ! Certains esprits chagrins contesteront le choix de Jaïpur comme partenaire tant les synergies avec Montpellier sont obscures au plan économique et au moins douteuses au plan social et culturel. Et pendant que la baroudeuse faisait du tourisme à Jaïpur, le ministre en charge du dossier « parking Peyrou » était à Montpellier, pour sortir le dossier du bourbier dans lequel la fine équipe municipale l’avait entraîné.
Quant au voyage surprise à Tibériade critiqué par plusieurs membres de son équipe, c’est certainement bon pour se mettre en valeur, mais le costume de Condeleezza Rice n’est-il pas un peu grand pour ses frêles épaules ?
Hélas, son agitation touristique n’est que du vent, son baroud n’est que du « paraître », ses formules rejoignent la vacuité de Jack LANG, sa communication ne vise qu’à l’endormissement des citoyens.
La baroudeuse n’est qu’une baratineuse !

HAUT DE PAGE

 

France, terre d’accueil permanent (juin 2006)

En quinze ans, le nombre de sujets de Sa Majesté installés chez nous a été multiplié par dix, passant de 50 000 à près de 500 000 aujourd'hui, selon les estimations officieuses du Royaume-Uni. Ce chiffre pourrait sous-estimer une réalité difficile à cerner.

C’est un débarquement paisible et silencieux, une colonisation en douceur, une invasion sans armes.

Depuis la fin 2003, en effet, les sujets de Sa Gracieuse Majesté – comme tous les citoyens de l'Union européenne – s'installent où bon leur semble en France sans carte de séjour.

Leur amour pour la douce France ne date non plus d'hier. Voilà des décennies que des retraités fortunés traversent la Manche pour couler leurs vieux jours sous le soleil de la Côte d'Azur ou du Périgord. La nouveauté des cinq dernières années, c'est que l'expatriation devient massive et qu'elle n'est plus l'apanage de personnes âgées et aisées. La France n'est plus seulement un paradis pour résidences secondaires, mais une terre d'accueil permanent.

Des milliers de familles de la middle class font le grand saut, vendent tout pour s'installer chez nous et y vivre avec leurs enfants à l'année. Ils rénovent des vieilles pierres achetées à prix d'or, ouvrent des échoppes ou s'installent comme artisans.

Rien de grandiose, la plupart du temps. Parfois, ils ne font rien du tout, jeunes retraités d'à peine 50 ans dépensant chichement le pécule constitué grâce à la spéculation immobilière effrénée qui sévit au pays de Tony Blair.

Certains brûlent leurs économies rapidement : on compterait plusieurs milliers de RMIstes britanniques.

En Dordogne, ils représentent 1% de la population Au fil des ans, la conquête gagne d'autres provinces. Poitou-Charentes est devenue la deuxième région d'accueil. Poitiers a créé une desserte vers Londres, en 2001, qui a transporté 100 000 passagers en 2005. En Bretagne, le département des Côtes-d'Armor est pris d'assaut. La Mayenne, le Cher, la Creuse... voient débarquer les Britanniques par centaines. Sans parler des Alpes.

Sur l'un des sites Internet consacrés à la conquête de la France – www.france-property-and-life.com – leurs motivations apparaissent toutefois plus terre à terre : «N'importe qui vivant en France plus de trois mois peut être couvert par la Sécurité sociale», peut-on y lire ; les écoles et les universités sont gratuites ; les «unions gays et lesbiennes» sont reconnues pour les prestations sociales, etc... .

Le pays de cocagne !

HAUT DE PAGE

 

Avec leurs voeux les plus chers.... Région.... Agglomération... Ville (janvier 2006)

Un contribuable s’est glissé dans la meute des mangeurs de petits fours ...

En ce mois de Janvier nos « grands » élus nous prodiguent très généreusement leurs voeux. Pas question pour eux de renoncer à ces  figures imposées  de la vie montpelliéraine.
« Vous n'y pensez pas! Nos concitoyens ne le comprendraient pas...Ils y ont droit ».

En avant donc pour les grands mots et les grands sentiments exaltant la proximité, la solidarité, la démocratie et tutti quanti. En avant pour les voeux les plus « sincères » et les plus originaux. Pour les « mille fois mille et un bonheurs », pour les panneaux « Voir loin ensemble » qui vous masquent la vue au bord des routes. En avant donc pour cette débauche d'affiches géantes, de discours ampoulés, de victuailles, de champagne, de clips vidéo triomphalistes, de musique allègre, de publications sur papier glacé. En avant pour l'autosatisfaction.

Revue de détail :

A La Région

A tout seigneur tout honneur, le roi de Septimanie, qui aime bousculer son monde, « offre » une somptueuse fête à l'occasion de Noël et de l'année nouvelle. C'est donc le 21 décembre que 3000 personnes ont le privilège d'entendre un monologue - bref pour une fois - du souverain et, surtout, de faire honneur à un magnifique buffet: une tonne d'huîtres, des hectolitres de soupe de poisson, du saucisson, du cassoulet à profusion et, surtout, des centaines de vins proposés à la dégustation des heureux invités.

A L'Agglomération

Le roi Georges a invite ses sujets le 3 janvier à 18 heures au Zénith le bien nommé.

Bien avant l'heure gyrophares et cordons de police se mettent en place et les gens de peu commencent à arriver. Vers 18h30 c'est au tour des notables. Pour faire patienter ce petit monde une exposition de portraits à la gloire du personnel de l'Agglomération accueille le public dans le hall d'entrée sous le regard bienveillant et omniprésent du héros de la « longue marche ». Dans la salle on se bouscule sous les sunlights, les drapeaux, les posters. Une énorme tribune surplombe le parterre; elle est vide pour l'instant mais un mur d'images présente des images et des vidéos promotionnelles de l'Agglo particulièrement bien léchées. L'ensemble est un travail de « pro » dans le style américano-languedocien.

Peu avant 19 heures la salle frémit; le monarque est là. Il se hisse sur le podium, fait signe à sa cour, qui ose alors le rejoindre. Tout d'un coup la salle paraît moins remplie.

Un assistant commence par rappeler que sans les lumières du roi tout est beaucoup plus terne et difficile; comme pour le prouver il entame une litanie soporifique des hauts faits qui ont ponctué la vie de l'Agglo en 2005: des centaines de décisions prises, des fonctionnaires embauchés; d'autres promus; un organigramme modifié; des salaires revalorisés; des actions anti-tabac et anti-auto pour aider les agents de l'Agglo puis les réalisations de l'Agglo dans les domaines économique et social, un point propreté à Grabels... Il conclut avec emphase que les 1200 agents de l'Agglo sont tous derrière le roi, prêts à le soutenir avec détermination tout au long de sa longue marche. Mais ce que tout le monde attend c'est le discours du roi.
Il prend enfin la parole avec une gourmandise contenue.

Le ton est celui d'un homme conscient de sa valeur qui comprend tout, qui sait tout, qui est un fin stratège mais qui, dans sa grande bienveillance, est disposé à vous faire quelques confidences sur la manière dont il convient d'analyser les évènements et les hommes qui font l'actualité. Il appelle cela « l'air du temps »; il est convaincu que son auditoire est suspendu à ses lèvres pour recevoir avec reconnaissance les paroles qu'il distille du haut de son intelligence.

Commence alors, dans un silence respectueux, un long monologue. Tous les sujets y passent : son curriculum vitae, ses orignes toulousaines, son caractère bien trempé, courageux et loyal, les missions ancillaires d'un préfet, Mitterand, Pétain, de Gaulle, les incapables du groupe majoritaire (sauf de Villepin), les incapables du parti socialiste, les incapables qui l'ont précédé à la mairie et ailleurs, la Chine, la Septimanie (qui n'a pas abouti parce qu'il a été malade à ce moment là), le « petit Sarko  qui ferait mieux de surveiller sa femme », Max Rouquette, le personnel enseignant irresponsable, la France pays de nains, les âneries de Chirac, le courage, l'intelligence et la culture, toutes qualités dont le “roi de Septimanie” est abondamment pourvu, à la différence de la quasi-totalité du personnel politique français. Il reprend ensuite la liste des grands projets depuis l'équipement en Wi-Fi de l'Agglo, en passant par la Céreirède, l'usine de méthanisation, jusqu'au stade de rugby.

Il rappelle que l'Agglo, pour être à la hauteur des enjeux européens devra inclure Sète et Nîmes. Il rassure ses sujets en confirmant qu'il se porte bien, qu'il briguera un deuxième mandat à la Région, qu'il soutiendra André Vézinhet au Conseil Général et qu'il sera toujours derrière Hélène Mandroux à la Ville.
Il conclut par un éloge appuyé du personnel de l'Agglo qui est « top », « ce qui prouve qu'on peut être fonctionnaire et intelligent ».

A la Ville

Vendredi, chez la duchesse Hélène de Montpellier l'ambiance est plus retenue. La cérémonie commence à l'heure, à 18 heures au Corum. La foule se presse dans un couloir/entonnoir pour devenir une file qui évoque les tickets de rationnement d'après-guerre (cette référence date un peu mais la foule aussi). Ça n'avance pas vite. On a le temps de se pénétrer des voeux de bonheur, de solidarité et de réussite proclamés par la duchesse Hélène sur les nombreuses affiches qui égaient le couloir. Quelques écrans vidéos permettent aussi de voir en gros plan « comme à la télé » le défilé des chanceux qui sont déjà arrivés devant la duchesse.

Celle-ci se tient dignement, debout, à la tête d'une brochette de personnalités. Le dispositif rappelle la cérémonie de condoléances à la famille d'un cher disparu. La lenteur de la progression laisse le temps a chacun de bien observer le processus que la duchesse maîtrise à la perfection.

1er temps: elle vous aperçoit, émergeant enfin de la file après une heure de piétinement; un sourire radieux illumine instantanément son visage comme pour exprimer sa grande joie, teintée de surprise, de vous voir enfin là. Variante: si votre visage lui est familier elle peut, en même temps, ouvrir les bras en ployant légèrement les genoux pour accentuer l'effet.

2ème temps: elle vous dit quelques mots convenus tout en continuant à sourire. Vous bafouillez quelques mots non moins convenus.

2ème temps bis (facultatif et pas vraiment souhaité): vous voulez lui dire quelque chose. Instantanément le sourire se transforme en une mimique d'intense attention; en même temps elle lance un regard furtif sur le suivant dans la file et sur le suivant dans la file et elle vous pousse gentiment mais fermement vers le notable suivant. Rien ne doit ralentir le flux régulier des manants venant faire acte d'allégeance. Car il s'agit bien de cela. Pour l'exercice de la solidarité, de la proximité, de la démocratie il y a des maisons pour cela et il faut prendre rendez-vous. Ici c'est uniquement une cérémonie rituelle.

2ème temps ter (facultatif): si vous appartenez au cercle de famille, si vous êtes connu ou si vous faites semblant de l'être vous êtes éligible à la version « bisou ». Dame Hélène n'en est pas avare; elle pratique cette technique avec fraîcheur et élégance.

Le passage devant Hélène aura duré 10 secondes puis le cycle recommence.

A noter que les Montpelliérains  de qualité  arrivent en limousines avec chauffeur qui les déposent devant une entrée privée à quelques mètres d'Hélène mais, « égalité » oblige, ils doivent se joindre à la file dans les derniers mètres avant d'accéder à Hélène. Pas de passe-droits ici, qu'on se le dise!

Ceci n'est qu'un échantillon. Il est vraisemblable que les roitelets à la tête des autres assemblées ont à coeur, eux aussi, de ne pas priver leurs concitoyens de ces fastes grandioses qui, en réalité, leur servent à asseoir leur notoriété et leur puissance, détournant ainsi des quantités importantes d'argent public à leur profit.

Alors, faisons un voeu nous aussi...

Puisque « le peuple ne comprendrait pas » que l'on abolisse ces fêtes d'un autre âge vérifions le en lui posant la question suivante:

"Actuellement, alors que l'état soit disant précaire de leurs finances les oblige à augmenter les impôts ou à emprunter, les assemblées territoriales de notre Région emploient chaque année plus d'un million d'euros pour vous souhaiter une bonne année; approuvez vous ces dépenses?”

 

 

HAUT DE PAGE

Archives: autres dossiers...