ASSOCIATION DES CONTRIBUABLES

DE L'HERAULT ACH34

ARCHIVES: DEPARTEMENT DE L'HERAULT

 

RETOUR vers dossiers Actuels

 

 

 

Vezinhet gère notre eau...toujours dans le cadre de l'économie des besoins (juin 2006)

A grand renfort de communication obsessionnelle, notre Vezinhet départemental s'est lancé dans la bataille de l'eau (probablement un reste d'enfance... on l'imagine avec ses pistolets à eau !!!). Il fallait justifier ses coopérations décentralisées dans divers pays : le Chili, la Tunisie, plus récemment tout l'arc méditerranéen. Oui, ça finissait par paraître louche de régler les problèmes d'eau de pays lointains bien que ce sujet coule de source dans l'Hérault, tant il est vrai que notre département a été plutôt épargné lors des dernières grandes périodes de sécheresse.

L'eau du BAS-RHONE suffit à notre consommation malgré le pic estival dû à l'apport de population (+ 67 %), mais nous devons penser à l'avenir. Nous sommes bien d'accord. D'autant que le soleil et le beau miroir aux alouettes de l'agglomération montpelliéraine sont piégeux pour les rêveurs...

Notre Président du Conseil Général ne pouvait plus continuer à parcourir le monde avec sa baguette de sourcier sans s'occuper de notre département, ce pour quoi il est élu... On a commencé à voir des affiches, puis toute l'artillerie communicante s'est jetée à l'eau. C'est ainsi que l'on a appris que nos élus avaient des vues sur les CENT-FONTS. Pas de chance pour eux, une association très très scientifique « PREVHE » s'est alarmée. Pour nos courageux scientifiques, le pompage des cent-fonts est un non-sens, car il n'y a pas de réserve (ou très peu) et c'est l'eau de la Buèges et de l'Hérault qui est appelée au pompage détruisant l'éco-système. Qui protégera notre environnement si on ne peut pas compter sur les élus responsables qui prônent le développement durable par affiche et autre mode de communication ?

Outre la dégradation de notre environnement, canaliser l'eau des cent-fonts/Buèges/Hérault coûte très cher, alors qu'il serait simple d'utiliser un peu plus l'eau du Bas-Rhône.

En plus des frais d'étude, c'est une enveloppe d'une quarantaine de Millions d'euros qu'il faut ajouter pour exploiter la fausse source des cent-fonts.

Rien n'arrête André VEZINHET, surtout depuis qu'il se présente aux législatives sur la 2ème circonscription, celle de La Paillade ! Il veut se mêler de tout. Pas moins de huit défis sont lancés aux héraultais pour faire face à leur besoins ! Contribuables, il va falloir assurer !

On atteint le comble, quand il donne des conseils aux Héraultais pour économiser l'eau. En somme, il nous dit « économiser l'eau ainsi vous aurez des factures moins importantes et jubilation suprême, je pourrai augmenter vos impôts pour les gaspiller dans un puits sans fond ». Après la gabegie du Haut-débit, du bâtiment des archives et de tout le reste, peut-on rire de l'incompétence de nos décideurs locaux ? ... Rappelons-nous que VEZINHET boucle son budget 2006 (1 milliard 40 millions) en empruntant 89 ME et en augmentant nos impôts de 3 % + 1,8 % de réévaluation des bases.

Monsieur VEZINHET, j'en appelle à votre raison, si possible... POURQUOI faire compliqué et cher, lorsque, par chance, la solution à nos besoins en eau est déjà trouvée : BRL.

Voir aussi "Décentralisation : le déluge"

HAUT DE PAGE

 

André Vézinhet, phare de la viticulture (mars 2006)

Certains se demandaient pourquoi M. Vézinhet (avec d’autres élus du département) faisaient de fréquents voyages au Chili - payés avec nos sous.

Nous trouvons la réponse dans un article intitulé “Hérault sans frontières”du numéro de février du magazine “L’Hérault” - payé avec nos sous.

Au Chili Vézinhet et sa suite ont découvert “une tout autre conception de la production viticole. Là-bas, ce sont les goûts des consommateurs qui dictent aux viticulteurs comment faire leurs vins. Cette idée tranche avec la tradition du vin français. Les membres de la délégation héraultaise l’ont rapportée dans leurs valises.” nous dit l’article.

On est sidéré par la hardiesse de vues du grand guide du département. Oser importer en France une idée si neuve, si déroutante, à laquelle personne n’avait pensé ! Cela valait vraiment la peine de faire tous ces voyages au Chili. Non vraiment, nos sous ne sont pas mal employés.

Et l’article d’affirmer que les viticulteurs de l’Hérault, impressionnés, se mettent à appliquer les méthodes “chiliennes”. La viticulture française est sauvée.

Le président Vézinhet devrait faire une série de conférences dans les écoles de commerce. A n’en pas douter, son idée va révolutionner le marketing.

HAUT DE PAGE

 

Les contribuables avec l’Agglorieuse (octobre 2004)

Monsieur Vézinhet a fait voter par le Conseil général de l’Hérault la décision de poursuivre en justice l’Agglorieuse, journal satirique local, pour avoir publié sur sa gestion du projet “Hérault culture sports” un article plein d’ironie, dans le même esprit que celui que nous publions ci dessous. Apparemment, M. Vézinhet ne supporte pas qu’on dise qu’il gaspille l’argent des contribuables.

Outre ce qu’elle révèle de l’absence d’humour du personnage, cette décision témoigne d’un rare cynisme. Car M. Vézinhet perdra son procès, c’est sûr, l’article n’est nullement diffamatoire. Mais pendant des mois, il obligera l’Agglorieuse à payer des frais de justice, ce qui va fortement grever le modeste budget de ce petit journal. En fait, M. Vézinhet vise un journal libre au portefeuille : voilà la triste vérité.

Tandis que les frais de justice de M. Vézinhet, même s’il perd son procès, seront payés par le Conseil général, c’est-à-dire par les contribuables.

Nous avons déja chahuté cette décision peu glorieuse lors de la séance du Conseil qui l’a votée. Honte à M. Vézinhet et à ses suiveurs !

Acheter l’Agglorieuse chaque mercredi est désormais un devoir pour tous les contribuables !

HAUT DE PAGE

 

Vézinhet-la-rallonge (octobre 2004)

Article à l’intention de ceux qui croient encore que nos élus ne se moquent pas du monde.

Nous avions déja alerté les contribuables, dans notre numéro d’avril 2002, à propos de l’appel d’offres lancé par le président Vézinhet pour la construction d’un énorme complexe immobilier au château d’O . Un bâtiment de 35 000 mètres carrés, plus de 100 m de long, pour loger l’Office départemental des sports, les archives du département, et une nième bibliothèque. C’est que la facture prévue nous semblait déja ... démesurée : 84 millions d’euros pour un projet dont la nécessité ne sautait aux yeux de personne. Signalons qu’un lycée neuf de 1200 élèves coûte 20 millions d’euros. Il était clair que le but d’André Vézinhet dans cette affaire était de jouer au grand-bâtisseur-pour-les-siècles-futurs à l’instar de ses maîtres Mitterrand et Georges Frêche. Quoi qu’il en coûte aux contribuables.

Hélas! Nous n’étions qu’au début des avatars de ce projet “Hérault culture sports” qui s’annonce comme un Corum-bis, ou pire, comme les “Abattoirs de la Villette” de Montpellier!

Deux ans après, dans une interview courageusement donnée à La Gazette le 6 août 2004 (au plus somnolent de l’été), le Grand timonier du département reconnaît que son projet va coûter au moins 50% de plus que prévu, soit pour les contribuables du département, une première rallonge de 33 millions d’euros.

Il y en aura sans doute d’autres, car il ne s’agit que d’un devis estimatif, nous apprend-il. A la question “Etes-vous certain que le prix n’augmentera pas encore?”, il répond sans détour : “Il reste toujours un risque ... Nous saurons la réalité du coût quand les entreprises auront proposé leurs devis.” Autrement dit, les 84 millions d’euros annoncés, c’était un chiffre en l’air. En fait, le Grand gestionnaire ne s’est fixé aucun plafond ! Parions que les entreprises en question l’auront remarqué.

Et il ajoute tranquillement : “Reste à régler le problème des honoraires de l’architecte Zaha Hadid, première femme au monde à recevoir en mars dernier le Pritzker Price, l’équivalent du prix Nobel de l’architecture” ...

Comment? Ce “problème” non plus n’a pas été réglé au départ? Avec un récent prix Nobel, l’architecte va sans doute augmenter ses tarifs : mais qu’importe, il nous faut le meilleur, n’est-ce pas? On n’en est pas à quelques millions d’euros près.

Et notre Vézinhet, qu’on verrait bien concourir pour le prix Nobel de la rallonge, de s’extasier sur les qualités de “son” architecte, qui, entre autres, “a su imaginer un bâtiment où l’Office des sports de l’Hérault, la Bibliothèque départementale de prêt, les Archives départementales et la Maison de sports travailleront en harmonie.”

Voilà qui justifie tous les dépassements de budget : les gratte-papiers du département vont pouvoir travailler en harmonie ! Ca n’a pas de prix, l’harmonie.

La seule faute que le Grand harmonisateur reconnaît avoir commise (encore emploie-t-il le “nous”), c’est une faute de communication, pas de quoi fouetter un chat : “Nous avons effectivement eu tort de ne pas inclure la marge d’erreur classique lors de notre première communication sur le projet”. La marge d’erreur que M. Vézinhet qualifie de “classique” est de 50%, rappelons-le. Pour le moment.

C’est là où on réalise que la gestion publique “classique” n’obéit pas aux mêmes lois que la gestion privée!

Nous avons gardé pour la fin le clou de cette interview surréaliste, ce mot de l’inénarrable président que la journaliste de La Gazette a copié sans broncher :

Mais je fais le gendarme, car je veux éviter toute dérive.”

Les contribuables peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Le président Vézinhet veille.

HAUT DE PAGE

 

Graphiques: la fiscalité des Départements (incidence APA: bilan 2002 + 2003)

Nous assistons à une accentuation de la fracture fiscale due au fait que les départements les plus riches déjà les moins taxées échappent à la surtaxation liée à l'APA (impact nul ou symbolique), ceci au détriment des Départements les plus taxés !!!!

Impact de l'APA sur la fiscalité locale des Départements (période 2002 + 2003)
**Rang= classt poids de la fiscalité, %TH + TFB pondérés puis Taxe Professionnelle (Source Bercy)

Rang
**

Départements

Foncier Bâti

Taxe Habitation

 

Depts

Taxe PRO

Taux
2003%

Impact
APA (1)

Taux
2003%

Impact
APA (1)

Taux
2003%

Impact
APA (1)

1

ORNE

19,53

0,00

11,41

0,00

GERS

13,37

+ 2,98

2

GERS

19,73

+ 3,63

10,07

+ 1,85

TARN

13,30

+ 2,21

3

AUDE

18,48

+ 1,94

8,24

+ 0,86

Htes Pyrén.

13,11

+ 0,85

4

MEUSE

16,73

+ 1,94

8,98

+ 1,04

ARIEGE

12,85

+ 0,91

5

SOMME

13,78

+ 1,13

9,51

+ 0,78

AUDE

12,82

+ 1,34

6

AISNE

12,87

+ 1,05

9,52

+ 0,78

AVEYRON

12,09

+ 1,27

7

TARN

16,45

+ 2,72

7,55

+ 1,07

CANTAL

12,08

+ 0,95

8

JURA

15,14

+ 1,92

8,22

+ 1,05

Pyr. Orient.

12,06

+ 1,05

9

Hte Marne

15,24

+1,50

8,01

+ 0,79

LOT

11,74

+ 1,60

10

CANTAL

13,89

+ 1,09

8,64

+ 0,68

Tarn & Gar.

11,64

+ 0,88

Impact moyen de l'APA sur les 10 Départements les plus taxés 

+1,69

 

+ 0,89

   

+ 1,40

13

GARD

13,18

0,00

8,89

0,00

HERAULT

11,49

+ 0,22

21

HERAULT

11,69

+ 0,22

8,24

+ 0,16

GARD

10,94

0,00

Moyenne France 2003

8,8

 

6,29

   

7,37

 
     

87

MOSELLE

6,47

+ 0,30

5,81

+ 0,27

Hts de Seine

5,62

+ 0,06

88

HAUT RHIN

6,29

+ 0,70

5,78

+ 0,64

Indre& Loire

5,60

+ 0,22

89

MARNE

6,00

0,00

5,65

0,00

MOSELLE

5,51

+ 0,26

90

VAR

6,40

+ 0,48

5,29

+ 0,40

B.d.RHONE

5,49

0,00

91

SAVOIE

7,24

+ 0,89

4,78

+ 0,59

LOIRET

5,30

+ 0,49

92

RHONE

5,33

+ 0,82

5,58

+ 0,87

YVELINES

4,53

+ 0,08

93

Hts de SEINE

4,69

+ 0,05

5,74

+0,06

MARNE

3,72

0,00

94

AIN

5,65

+ 0,27

4,44

+ 0,21

PARIS

0,00

0,00

95

YVELINES

4,60

+ 0,10

4,80

+ 0,10

CORSE Sud

0,00

0,00

96

PARIS (Seine)

0,00

0,00

2,19

0,00

Hte CORSE

0,00

0,00

Impact moyen de l'APA sur les10 Départements déjà les moins taxés 

+ 0,36


+ 0,31

   

+ 0,11

(1) A titre d'exemple pour le Département de l'Aude l'impact APA sur le Foncier Bâti a été de +1,94 points partant de 16,54% en 2001 pour atteindre 18,48% en 2003 ----- alors que Paris échappe totalement à la fiscalité APA!!!

 

Impôts Locaux 2002 - Taux des Taxes d'Habitation
Hérault: 8,08% --- Moyenne nationale: 6,08%
Aide à la lecture des Graphiques (exemple de la Taxe d'Habitation):
  • Taux le plus bas: Paris avec 2% de taxe ----6 Départements ont des taux relativement bas dans les 4% de taxe
  • 54 Départements sont voisins de la moyenne nationale dans les 5 à 6% de taxe
  • 9 Départements dont l'Hérault affichent des taux élevés dans les 8% --- seuls 4 Départements dépassent les 9%

 

Impôts Locaux 2002 - Taux des Taxes Professionnelles
Hérault: 11,27% --- Moyenne nationale: 7,02%

 

Impôts Locaux 2002 - Taux des Taxes Foncières Bâties
Hérault: 11,47% --- Moyenne nationale: 8,48%

 

HAUT DE PAGE

 

La dernière de A.Vézinhet : l'économie des besoins (Juin 2004)

Le Grand Timonier départemental, après avoir inventé le mouvement perpétuel en économie (voir notre numéro précédent : il s'agissait de réinsérer les RMistes en créant pour eux des emplois de fonctionnaires territoriaux chargés ... de réinsérer les RMistes), vient d'inventer à présent l'économie des besoins. C'est ce que claironne le magazine du Département d'avril dernier, dans lequel on ne trouve pas moins de 10 photos du Grand Guide du Département sur 24 pages - il devait craindre qu'on n'ait pas vu sa binette sur tous les panneaux publicitaires de Lunel à Béziers.

Au fait, la raison d'être de l'économie n'est-elle pas de permettre aux individus de satisfaire au mieux leurs besoins, dans la mesure du possible ? Qu'y a-t-il de nouveau dans ce concept lancé à grands frais publicitaires comme un "Défi pour l'Hérault" ?

Renseignements pris, "l'économie des besoins" sortie du cerveau de notre Grand Inventeur n'est autre que l'économie dite "des services à la personne", comprenant les métiers d'aide-ménagère, de jardinier et de gardienne d'enfants, en direction des personnes âgées, des handicapés et des familles. Rien de nouveau, en fait. Mais on peut comprendre que nos élus, impuissants à faire venir des entreprises dans la région, du fait des fortes taxes qu'ils ont eux-mêmes votées, se rabattent sur le seul gisement d'emplois qui reste : la fameuse expansion démographique, avec son fort contingent de retraités venant s'installer au soleil. Vézinhet fait un gros clin d'oeil aux bénéficiaires de l'APA : je vous verse des allocations, alors s'il vous plaît embauchez quelqu'un !

Quant à croire, comme nous y invite son magazine, que l'on va grâce à ces emplois "remettre dans la vie active les moins bien qualifiés des Héraultais"... Il devrait faire le porte-à-porte de tous ceux qui ne se lèvent le matin que pour aller toucher ses allocations (ou pour aller voter!) en leur proposant des emplois d'aide-ménagère. Là, ce serait un vrai défi!

On ne peut pas être à la fois le Grand Guichetier et le Grand Remetteur au Travail du département.

 

HAUT DE PAGE

 

L'Hérault, les champignons et l'homme blanc.(Odyssée d'un contribuable curieux) (Juin 2004)

Par un beau matin de février 2004, sur les bas-côtés des routes du département, une multitude de panneaux-champignons géants de verre et d'acier nous montrent soudain la même image d'un homme en bonne position pour une sieste roborative. On comprend à la lecture qu'il s'agit de vanter les mérites d'un Guide "100 % nature" de l'Hérault.

Intrigué par ce tapage publicitaire inhabituel pour un guide touristique «gratuit » j'en demande un exemplaire à l'Office de Tourisme de Montpellier. Sourire de l'hôtesse; elle en a entendu parler mais «on ne peut pas tout avoir ici » ; elle me conseille de voir le Conseil Général rue d'Alco.

Devant les grilles majestueuses de l'Hôtel du Département j'avise un bâtiment « Maison du Tourisme ». Hall cossu du type hôtel pour cadres supérieurs. Il y a un vaste présentoir de publications diverse et deux charmantes hôtesses qui s'avancent ; ma demande d'un exemplaire du Guide «100% nature» les laissent perplexes. Elles «en ont entendu parler» - le contraire serait surprenant, il y a cinq champignons publicitaires dans un rayon de 500 m. Mais il faut aller à l'Hôtel du Département pour l'obtenir. Je suis intrigué. Tant d'efforts, tant de publicité - au fait combien cela a t il coûté ?- pour un document aussi jalousement gardé? Ma curiosité me pousse vers le hall d'accueil de l'immeuble majestueux.

Deux huissiers stylés m'accueillent dans une ambiance feutrée; sur un écran télé un monsieur élégant aux cheveux blancs parle en sourdine; l'un des huissiers sait où je peux trouver le Guide « 100 % nature»; il m'indique l'itinéraire permettant de parvenir à la dépositaire des précieux documents.

J'entame ma progression ; ascenseur, couloir à droite, puis à gauche, puis un escalier. On aperçoit par ci, par là des jeunes femmes s'affairant dans le calme. Sur les écrans télé l'homme aux cheveux blancs continue de parler.

Après un long cheminement je finis par trouver une dame avenante qui sait où se trouve la clé de la réserve des Guides « 100 % nature» et qui est prête à m'en offrir un exemplaire!

Nous voici devant la rangée d'armoires où se trouvent les trésors. Ma quête de connaissance touche à sa fin ; je reçois le précieux Graal avec recueillement.

Sur le chemin du retour je me perds dans les couloirs ; je finis par trouver un autre hall d'accueil où de charmantes personnes discutent tout en jetant des regards fugitifs à l'écran où l'homme blanc parle toujours. J'ose demander : qui est-ce ? Regards réprobateurs : mais enfin, c'est Monsieur Vézinhet, le Président du Département !

Je repars, penaud. Mais j'ai en main le « Guide pratique »! En fait c'est un petit fascicule de 24 pages avec quelques jolies photos - dont celle de l'homme blanc -, quelques textes à la gloire du département et quelques adresses et numéros de téléphones. C'est un document agréable à regarder, manifestement conçu et réalisé par des professionnels... La débauche de moyens publicitaire consacrée à un document au contenu aussi anodin me laisse songeur...

Un dernier point : je suis très fier ; grâce à moi, je présume, Monsieur Vézinhet, alerté par son service de surveillance interne, a pris conscience que certains Héraultais ne le connaissaient pas suffisamment. Qu'à cela ne tienne ; il a lancé sa cellule de communication sur le problème et, dès le mois d'avril, les champignons étaient recouverts d'affiches le représentant dans une pose étudiée pour que nul n'ignore qui il est et ce que nous lui devons.

HAUT DE PAGE

 

Le mouvement perpétuel (mars 2004)

Lors de la séance du Conseil général du 1er mars 2004, le président Vézinhet s'est longuement étendu, avec une évidente auto-satisfaction, sur le travail considérable accompli en matière de réinsertion des RMistes. Il faut rappeler que le précédent rapport de la Chambre régionale des comptes reprochait aux services de l'Hérault un suivi quasi inexistant en matière de RMI.

Il a illustré son propos par la présentation d'un film examinant le cas de quelques-uns de ces réinsérés - (sans dire ce qu'avait coûté le film, ont noté les contribuables présents à la tribune)

Mais le film ne montre comme exemple de réinsertion que des postes de "travailleurs sociaux" créés pour la circonstance ! En somme, les RMistes réinsérés s'occupent ... des autres RMistes, un peu comme les délinquants des banlieues qu'on embauche pour être animateurs de quartier. Si on comprend bien, l'économie sociale a pour principal mérite de s'auto-produire. M. Vézinhet a inventé le mouvement perpétuel appliqué à l'économie!.

Et ça marche ! M. Vézinhet a cité des chiffre impressionnants de RMistes réinsérés par ses services. Or, quand on consulte ceux de l'INSEE, on s'aperçoit qu'il y en a toujours autant, sinon plus dans le département. Le mouvement perpétuel, vous dis-je : plus on traite les problèmes, plus ils subsistent et donnent matière à créér des emplois de fonctionnaires. Les effectifs des services de M. Vézinhet n'ont-ils pas doublé en 5 ans ( de 2 000 à 4 000)?

HAUT DE PAGE

 

C'est la saison du vote des budgets . . .Le département, Grand Redistributeur... (janvier 2004)

Le budget primitif 2004 du Conseil Général s'équilibre sans hausse des taux de taxes pour cause d'élections, mais avec un déficit compensé par un emprunt record. On ne perd rien pour attendre!... En deux ans l'emprunt/déficit annuel a presque doublé : 45 millions d'euros en 2002- 75M€ en 2003 et 87,3 M€ en 2004. Or, l'emprunt, c'est de l'impôt différé pour nos enfants !

La marge d'augmentation des taux étant pour ainsi dire inexistante, étant donné les sommets déjà atteints, il faudrait faire d'autres choix pour ne pas emprunter. Ainsi, il serait possible de faire des économies, notamment sur le «hors compétences» et plus particulièrement sur les subventions pour équipements des communes et des communautés de communes, en grande progression. Mais participer à leurs budgets est un très bon moyen pour mettre sous dépendance politique ces collectivités. Les amis seront toujours mieux servis. Pour le contribuable qui paye à toutes les collectivités, c'est incompréhensible ! Qui fait quoi ? Qui paye quoi ?

Avec un budget de 893 M€ (près de 6 milliards de F) le département est le principal «agent redistributeur» local avec les nouvelles missions imposées par l'Etat : APA, RMI, RMA ; mais aussi avec celles qu'il s'impose au nom de la solidarité (justifiée ou non) entre les citoyens certes, mais aussi entre les collectivités. En l'absence de contrôles réels, la décentralisation de la "solidarité" permet toutes les dérives à des fins électoralistes, sur le dos des contribuables. Un nouveau système féodal se met en place.

HAUT DE PAGE

 

 

 

 

 

Bronca....(Avril 2003)

Le 31 mars, à l’occasion du Conseil Départemental, les contribuables se sont mobilisés coiffés de leur bonnet phrygien pour exprimer leur mécontenternent à André VEZINHET tout juste rentré à 4 heures du matin d’une mission de deux semaines en Andalousie, au Portugal et au Maroc pour voter l’augmentation des taux des impôts héraultais.

Le fameux « Ah, ça ira, ça ira, ça ira, aux dépensocrates on fait la guerre... « a résonné dans l’hémicycle faisant comprendre aux élus que trahir les promesses ne passe pas toujours inaperçu

"APA" à électeurs ou piège à contribuables?(Avril 2003)

Le Président du Conseil Général, se sert de I’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) pour guerroyer contre le Gouvernement en prenant les contribuables locaux en otage. Il faut dire que la solidarité, prétexte à toutes les redistributions est le principal argument électoral du département.

C’est que le précédent gouvernement JOSPIN a mis en place cette aide sans la financer en totalité (environ 75 millions d’euros). Pour l’Hérault, elle était financée 50 %, le reste à la charge des contribuables du département.

Le gouvernement RAFFARIN a diminué la subvention au département tout en abaissant le plafond de revenus mensuel nécéssaire de 949€ à 623€, pour limiter le nombre de bénéficiaires. Ainsi le Conseil Général a obtenu 26 M€ au lieu des 35 M€ prévus au budget primitif 2003. Mais il manque toujours de l’argent. Vos taxes d’habitation, taxes foncières, taxes professionnelles prendront donc +2 % cette année au lieu du 1 % annoncé par André Vézinhet, le reste sera financé par l’emprunt ! Rappelons que cette surtaxe s’appliquera sur des taux déjà parmi les plus élevés de France par rapport à la moyenne nationale , taxe d’habitation + 33%, taxe foncière + 35 %, taxe professionnelle + 6o %!

Le département est mal géré. Si l’APA est prioritaire, il faut aider les personnes âgées qui en ont besoin. Il convient donc de faire des choix en économisant dans d’autres domaines. Par exemple, faire la chasse aux gaspillages ou arrêter l’énorme chantier du complexe Hérault sport culture... ou rogner sur les 25 % de dépenses hors compétences qui permettent à André VEZINHET de mettre sous dépendance les municipalités ou les associations électoralement utiles. On ne peut pas tout faire en même temps!

Problème

Pour boucler son budget 2003, André VEZINHET a déjà fait appel à l’emprunt pour 75 Millions d’euros. Il prévoit d’augmenter en plus les impôts 2003 de 2 %.

Si, par ailleurs, l’on considère que pour faire entrer dans les caisses 2,6 Millions d’euros, il faut augmenter la fiscalité locale du département de l’Hérault de 1%, de combien faudrait-il augmenter la pression fiscale cette année pour renoncer à l’emprunt qui est de l’impôt différé? !!!

 

Le 1%  Vézinhet: tour de passe passe avec un budget 2003 en hausse de 12%(Octobre 2002)

Les contribuables étaient présents au Conseil Général du 30 septembre 2002.

Il l'avait annoncé, il l'a fait... André VEZINHET augmente les taux de nos impôts départementaux de 1 %, sans compter l'augmentation des bases qui sera votée avec la loi de finances : probablement 1 % supplémentaire, on arrivera à 2 % de plus pour 2003, soit davantage que l'inflation. Et encore, si tout va bien, c'est à dire si l'Etat ne se désengage pas un peu plus au niveau des collectivités territoriales... (ses caisses sont vides, alors les élus locaux réclament l'autonomie fiscale!)

Plus 1 % sur les taux cela peut paraître raisonnable, mais notre département est déjà l'un des plus taxés de France, bien au-dessus de la moyenne nationale :

(taux 2001) Hérault Moyenne nat.
Taxe d'habitation 8,1 % 5,9 %
taxe foncière s/bâti  11,5 % 8,2 %
Taxe professionnelle 11,27 % 6,78 %

Les taux élevés font fuir les entreprises (taux de taxe professionnelle + 66 % par rapport à la moyenne nationale) ce qui se traduit dans les faits par le taux de chômage le plus élevé de France : 14,9 %.

L' augmentation de 1 % fera rentrer 2,6 millions d'euros dans les caisses du département : une broutille (0,35 %) comparés au budget d'environ 800 millions d'euros, plus de 5 milliards de F....

Mais le plus important dans ce budget est sa progression : + 12 %, soit 80 millions d'euros annoncés, laquelle entraîne l'augmentation du déficit, comblé par un emprunt de 95 millions d'euros, soit 623 millions de F, somme colossale, qui, si elle avait dû être financée par l'impôt aurait conduit à une augmentation de 36 % des taux. Bravo, Monsieur VEZINHET ! Les contribuables devront de toute façon rembourser et avec les intérêts en plus...

André Vézinhet prétend vouloir économiser, mais est-il sincère ? Il ne comprend apparemment pas que pour faire des économies de fonctionnement, il faut limiter les dépenses d'investissement, qui génèrent ensuite ... des frais de fonctionnement sur une longue période. Or, le Conseil de l'Hérault a un chantier de 35 000 m2 en cours (archives, bibliothèque, maison des sports et de la culture) !

Pour justifier la hausse il prétexte le soi-disant désengagement de l'Etat de l'APA (Allocation Personnalisée d' Autonomie). Le précédent gouvernement avait déjà décidé de ne prendre en charge que 50 % de la dépense pour l'Hérault, celle-ci étant évaluée à 70 millions d'euros, il en reste 35 à la charge du département (5 % d'augmentation par rapport au budget 2002). Mais on est loin des 80 millions d'euros d'augmentation du budget (soit 12 %, cela fait 7 % de plus qu'en 2002 alors que l'inflation prévue est de 1,8%)!

Monsieur VEZINHET aime jouer les pères Noël auprès de sa clientèle avec l'argent des contribuables, il fait même des cadeaux qui ne sont pas de ses compétences légales. Au delà de l'idéologie collectiviste qui le guide, il a peut-être le sentiment de rétablir la justice sociale, mais pense-t-il à tous ceux qui travaillent durement pour payer des impôts toujours plus élevés ?

Et si, pour sortir de la gabegie, on commençait par supprimer le hors-compétences :  tout ce qui n'est pas dans la mission légale des départements, mais dû à la générosité débordante de nos élus ? 26 % du budget en 2002, soit un milliard  et 300 millions de F!

Qu'en pensez-vous, Monsieur VEZINHET ?

HAUT DE PAGE

 

André Vézinhet, le petit pharaon (Avril 2002)

Entre deux voyages au Chili, le président du département Vézinhet a eu le temps de lancer un appel public à concurrence pour la réalisation d’un énorme complexe immobilier de 35 000 mètres carrés sur 10 hectares au château d’O (entre AIco et La Paillade).

Coût de départ 84 millions d’euros soit 550 millions de francs. Presque aussi cher que la future mairie de Georges Frêche. Mais pas autant. M. Vézinhet a le sens des convenances. Cependant on ne nous dit pas combien de postes de fonctionnaires seront crées pour faire fonctionner ces équipements grandioses le «volet social» est à venir.

Tout cela pour loger la nouvelle bibliothèque départementale de prêt (Depuis Mitterrand, pas de président sans sa bibliothèque !); mais aussi l’Office départemental des sports (ils vont pouvoir faire du vélo dans les couloirs), et les Archives du département qui, Vézinhet dixit, vont avoir besoin de passer de 37 kilomètres de linéaire à 70

Ceux qui se demandaient à quoi pouvaient bien être occupés les 2500 employés des services départementaux sont maintenant fixés: au moins, ils noircissent du papier!

On pourrait cependant signaler au président Vézinhet l’existence des microfilms, mais chut ! Personne ne veut lui casser son projet.

Au passage, quelques dizaines de petits millions seront consacrés à un nouveau théâtre de verdure de 1800 places, à un grand bassin et à des salles d’exposition d’art contemporain. M. Vézinhet a la truelle culturelle et écologique.

Avec ce projet, M. Vézinhet a trouvé la solution au problème des pyramides. Les égyptiens y mettaient leurs pharaons. Mais Ces sépultures étaient violées par les pilleurs de tombes et les archéologues. En y mettant les archives du département, il est sûr que personne ne viendra jamais fouiner.

HAUT DE PAGE

 

Hors-compétence = danger ! (janvier 2002)

Le hors-compétence est un sport de plus en plus pratiqué dans les collectivité territoriales, certains élus même n'hésitent pas à s'en vanter et à en faire un argument politique !

Les compétences, c'est-à-dire les missions des différen-tes collectivités sont définies par le législateur d'une manière générale, ce qui laisse à nos élus le champ libre pour ... les outrepasser. On a pu ainsi observer de nombreuses dérives : notamment le chevauchement de compétences d'une collectivité à l'autre. La solidarité est un bel exemple de compétence très électoraliste qui fascine aussi bien le Conseil départemental que la Mairie avec son centre communal d'action sociale "C.C.A.S." Les missions internationales en sont un autre, qui permettent à nos élus de se promener aux frais des contribuables !

Les élus veulent de plus en plus de compétences pour exercer de plus en plus de pouvoir. Dans ces conditions, on comprend pourquoi ils veulent aussi l'autonomie fiscale ! Les contribuables peuvent se montrer inquiets d'autant plus que les contrôles ont tendance à s'amenuiser du fait de la multiplication d'activités des organismes publics, semi-publics et des associations subventionnées.

Ainsi pour son budget 2002, le département de l'Hérault annonce fièrement 26 % des dépenses hors compétences, notamment en matière de solidarité internationale, en faveur des pays méditerranéens et de l’Amérique latine. Et ce avec force voyages à la clé pour les élus, au Chili et à l’Ile de Pâques par exemple. En parallèle, l'A.C.H. vous communique les surtaxes départementales par rapport à la moyenne nationale :(voir aussi détails sur graphique ci dessous)

Taxe d’habit° Taxe foncière Taxe professionnelle
+36% +39% +65%

La ville de Montpellier n'est pas en reste sur ce sujet puisque dernièrement une délégation de la Mairie est partie en Chine, une autre au Canada. Plusieurs délégations seront nécessaires pour parcourir le Canada afin d'y dénicher des locaux permettant d'accueillir des jeunes en classes de découverte ! Est-il nécessaire d'acquérir des locaux aussi loin de Montpellier ? Quelles sont les motivations réelles des élus ?

Amis contribuables, les élus se moquent de nous ! Car avant de former la jeunesse, les voyages forment les élus - au gaspillage de l’argent public !

 

HAUT DE PAGE

 

 

 

Le rapport de la Chambre régionale des comptes (mars 2001)

Dans sa dernière lettre d'observation (février 2001), la Chambre Régionale des Comptes relève des chifrres alarmants du secteur social de notre Conseil Général

« Si l'on se réfère aux dernières statistiques de l'APCG (association des Présidents de Conseils Généraux) qui remontent à 1996, le département de l'Hérault se caractérise par des
interventions sociales par habitant parmi les plus élevées puisqu'elles dépassent de 22,5 % la moyenne des départements comparables et par des secteurs particulièrement dépendants du contexte socio-économique. Ainsi :

insertion (RMI) ; avec 101 F par habitant, l'Hérault dépense plus du double de la moyenne, ce qui place le département au 11ème rang national et au 1er rang de la strate de population comprise entre 500 000 et un million d’habitants ;
aide médicale ; le constat est identique, 259 F par habitant pour une moyenne nationale de 114 F ;
aide à l'enfance : 432 F pour une moyenne nationale de 369 F.

Une appproche pour évaluer le
poids de l'aide sociale supportée par les collectivités locales est celle du rapport entre le potentiel fiscal du département et l'aide sociale qu'il distribue. Ainsi, en 1997, le produit fiscal départemental (total des 4 impôts directs) s'élevait à 1 585 728 000 F contre 1 391 808 000 F pour les dépenses d'aide sociale, lesquelles absorbent près de 88 % des impôts prélevés par le départe-ment......... Force est de constater que le poids des dépenses sociales reste très lourd et qu'il augmente chaque année plus rapidement que le produit des impositions directes. »

En 2001, le budget solidarité héraultais n'a jamais été aussi important : près de 1,2 milliards, en expansion de 22 millions par rapport à 2000. Dans le même temps les
résultats de l'insertion n'ont jamais été aussi peu visibles... La distribution de nos impôts doit être accompagnée de contrôles d'efficacité, c'est une simple mesure de respect des contribuables. Rappe-lons que l'A.C.H. préconise une prise en charge entièrement nationale de la solidarité. Il est tout à fait anormal que les modestes contribuables héraul-tais assument toute la misère du département, l'un des plus pauvres de France !

L'exception héraultaise c'est donc une situation sociale des plus précaires et un assistanat étendu, mais avec les impôts locaux des plus élevés ! A l'issue de la redistribution, RMIstes et contribuables seront bientôt au même niveau avec le même pouvoir d'achat ! A quoi bon travailler ? Il est grand temps de relancer l'économie de l'Hérault et de remettre au travail cette population marginalisée. Messieurs les Politiques, courage ! Faire venir des entreprises, c’est tellement plus compliqué que de surtaxer vos administrés, mais, il va falloir en passer par là!

HAUT DE PAGE

 

Un beau ratage du Département : le port de pêche de Frontignan (mars 2001)

L’Association frontignanaise de défense des contribuables, dans une lettre au président Vézinhet du 14 février 2001, dénonce l’argent gaspillé par le Conseil général de l’Hérault depuis 15 ans (époque Saumade puis époque Vézinhet) pour aménager tour à tour le nouveau port de pêche de Frontignan, qui ne fonctionne toujours pas, ou l’ancien port de Sète, qui n’est toujours pas aux normes.

On ne peut qu’être effarés quand on additionne les 400 MF du port de pêche vide de Frontignan, de la déviation routière et de la déviation du canal, plus les 150 MF de la digue (au minimum), les 31 MF du déplacement des rejets en mer, plus les dizaines de millions déversées sur les installations sétoises (appontements, criée, tour à glace, etc...), tout cela
POUR UN RÉSULTAT NUL...Nos associations n’ont cessé, depuis l’installation du tunnel de congélation en 1983, de dire tout le mal qu’elles pensaient de ces équipements conçus n’importe comment et implantés n’importe où, à coup de centaines de millions de francs. Le déroulement de toute cette affaire ne cesse de leur donner raison”.

Nous tiendrons nos lecteurs au courant de la réponse du sénateur Vézinhet.

HAUT DE PAGE

 

Plus solidaire que moi tu meurs... ou De l’hôtel du Département à l’hôpital de la Charité.(mars 2001)

L' idéal républicain « Liberté Egalité Fraternité » est des plus galvaudés. Il est détourné par les Politiques à des fins électorales. C'est ainsi que nos Elus veulent faire apprécier leur générosité, leur charité envers les plus démunis, en un mot leur bonté tant il est vrai qu'il faut se faire aimer pour être élus ! A tel point qu'ils ont remplacé la « Fraternité ringarde » par la «solidarité prétexte». Ils n'ont rien trouvé de mieux que d'installer dans l'assistanat une population dépendante facile à manipuler. L'Etat providence est là pour materner des citoyens que l'on infantilise en les abreuvant de discours stéréotypés, normalisés, neutralisés pour en faire des zombies sans conscience personnelle. Certes s'il est naturel de soutenir les citoyens les plus fragiles, il est beaucoup plus efficace et fraternel de les amener, lorsque c'est possible, à réagir pour retrouver leur autonomie, leur dignité et leur potentiell créatif.

Voilà le repproche que l'on peut faire à la politique de solidarité obligatoire : on ne règle pas le cas des plus démunis, on se contente de redistribuer la richesse sans exiger de retour. Ce système de redis-tribution et d'exonération fiscale qui tend vers l'égalisation des pouvoirs d'achat est pernicieux, car il n'encourage pas les citoyens à donner leur énergie à la collectivité. Par ailleurs, si tout travail mérite salaire, toute subvention mérite contre-partie pour la collectivité qui paye. Sur ce point, il y a déséquilibre total et l'on peut s'étonner que la situation dure déjà depuis si longtemps...

ll est coutumier d’entendre que notre société fabrique des pauvres. N'est-il pas plus juste de dire qu'en tant que décideurs les Politiques sont les seuls responsa-bles de ce qu'ils engendrent? Grâce à l'argent des contribuables ils se donnent bonne conscience et rachètent leurs erreurs, c'est tellement facile ! Hélas, la majorité des contribuables est silencieuse. Contribuables, si vous souhaitez être considérés par les Politiciens, il est temps d’agir et de leur montrer le chemin de la maitrise raisonnable des dépenses publiques

HAUT DE PAGE

 

La "petite cuisine" du Conseil Général perturbée par l'ACH (janvier 2001)

2 octobre 2000, 14h30: une vingtaine des membres de l'ACH se retrouvent à la séance du débat d'orientation budgétaire du département, budget qui s'élève à plus de 4,5 milliards de francs (pour matérialiser cela ferait 4500 maisons de 1 million de francs, ou 10 fois la recette du dernier Téléthon...).

Le décor est moderne, vaste, cossu, étant donnée l'heure on pourrait sombrer dans une sieste confortable! A la tribune l'ACH déploie,en silence, la banderolle CONTRIBUABLES DE L'HERAULT POUR UNE BAISSE DES IMPOTS!

"Vous troublez l'ordre public républicain , vous attentez à la démocratie!" crie le président et plus tard il tient ce propos révélateur: "ce ne sont que des cocottes!..." Ici la cuistrerie est totale: des femmes qui s'occupent du bien public sont des "femmes publiques" au sens du 19ème siècle. Certains conseillers municipaux de Montpellier avaient déjà voulu nous renvoyer aux fourneaux ou aux bonnes oeuvres, là c'est la maison close. A l'heure de la parité, tous les électeurs apprécieront!

Soyons sérieux. L' ACH demande aux élus de l'Hérault de se comporter comme ceux d'autres conseils de France et que les taux des impôts ne soient pas plus élevés que la moyenne nationale (il y a partout en France des équipements similaires ..). Les collèges (11% du budget global), la solidarité et le social (29% du budget global) ces deux postes sans cesse mis en avant servent constamment d'alibis à une dépense globale sans frein et sans état d'âme car le contribuable n'est rien aux yeux des élus de l'Hétault

Les contribuables respectent la démocratie et exigent le respect de la constitution qui stipule l'égalité des citoyens devant l'impôt. Or l'Hérault amplifie fortement les inégalités de taxation puisque les taux d'imposition culminent à des niveaux records de France (comme aussi les autres départements littoraux du L-R). Les graphiques ci-dessous sont éloquents.

Les conseillers généraux n'ont rien compris (certains, dont le secrétaire général, ont osé traiter les contribuables de "fachos", rabachâge sans doute d'une insulte qu'ils ne conceptualisent plus); ils ont refusé de nous recevoir, ce qu'ont fait pourtant des élus nationaux.

A quand des élus de base à l'écoute des gens et non méprisants?

HAUT DE PAGE

 

Non, Monsieur Vézinhet, vous n'avez pas tout essayé pour l'emploi!(janvier 2000)

    Le Journal de l'Hérault, organe du Conseil général, offre à chaque numéro de nombreuses photographies de son président M. Vézinhet et de non moins nombreuses déclarations du même sur le thème "Tout pour l'emploi" ou "L'emploi, priorité absolue du Conseil général".

Et de passer en revue les nombreuses dotations, subventions, incitations, aides, que le Conseil général consacre aux entreprises pour les faire naître dans l'Hérault ou les y attirer - générosité dont, bien entendu, les contribuables font les frais. Sous la rubrique "Développement des entreprises et de l'emploi" il y en aura pour 186 millions de francs dans le prochain budget du département de l'Hérault.

Peine perdue : il se crée de moins en moins d'entreprises dans la région en dépit du retour de la croissance en France, comme le montrent les chiffres présentés par l'INSEE dans ses Données trimestrielles, que nous reproduisons dans le graphique ci-dessous.

Quant à attirer des entreprises déja existantes, cela coûte un prix exorbitant car chaque ville, chaque département, chaque région de France offrent des avantages pécuniaires. La concurrence est rude! A tel point que les chasseurs de prime prolifèrent, du genre Bernard Tapie. Dell Computer a par exemple déjà empoché 27 millions de F de subventions (chiffre officiel) pour se transporter à Montpellier et créer (enfin, promettre de créer) 500 emplois. Ce qui coûte déja au contribuable 54 000 F par embauche. Au fait, la plupart de ces embauches auront lieu hors région, comme nous l'apprend Midi Libre dans son supplément Ressources du 9 novembre dernier !

La raison d'être de cette situation absurde est évidente, bien que M. Vézinhet n'y fasse jamais allusion: c'est le niveau trop élevé de la taxe professionnelle à Montpellier et dans les grandes villes de l'Hérault, un des plus forts de France , qui est le principal facteur dissuasif à la création et à l'installation des entreprises. Car il ne suffit pas de subventionner au départ, il faut aussi que l'entreprise ait intérêt à rester. La subvention n'a qu'un temps, mais ensuite l'entreprise paie la taxe chaque année

C'est pourquoi nous n'hésitons pas à dire à M. Vézinhet : non, vous n'avez pas tout essayé ! Il vous reste à essayer la
baisse des impôts :

allégez sérieusement la taxe professionnelle pour attirer les entreprises
baissez les autres impôts locaux sur les particuliers, pour redonner du pouvoir d'achat aux Languedociens,

et vous verrez comme par miracle l'économie régionale repartir.

C'est la grande leçon donnée en cette fin du XXème siècle par tous les pays qui ont choisi la voie de la réduction des dépenses publiques et des impôts (Etats-Unis, Grande Bretagne, Nlle Zélande, Pays Bas, etc.) : moins d'impôts, c'est plus de croissance et moins de chômage.

Dernière nouvelle : en Allemagne, le dirigeant social-démocrate Schroeder veut stimuler la croissance du pays : il programme une baisse de l'impôt sur les bénéfices des entreprises, dont le taux va passer de 40% à 25%.

Inspirez vous-en, M. Vézinhet!  

 

HAUT DE PAGE

 

On embauche à tour de bras au Département(janvier 2000)

Combien de personnes sont-elles employées par le Conseil général présidé par M. Vézinhet ? Personne ne sait au juste. Selon les syndicats du personnel, c'est 2300 personnes. Selon les élus, c'est 2050. Cette étonnante bataille de chiffres a eu lieu en juin dernier, à propos du débat sur l'application de la loi des 35 heures au Département. Voir Midi libre du 25 juin 1999. Les uns doivent compter ceux qui touchent un salaire, les autres ceux qui viennent pointer.

Rappelons que la loi n'oblige pas les collectivités publiques à appliquer les 35 heures. Mais les syndicats veulent les "35 heures", et surtout les embauches qui vont avec. Le personnel du département a donc fait quelques jours de grève pour réclamer les 35 heures. Personne ne s'en est aperçu, sinon les habitués de l'accueillante cantine de la rue d'Alco. Mais M. Vézinhet a vu là l'occasion d'apparaître comme un pionnier du social.

Le 9 décembre dernier, il a signé avec les syndicats un protocole d'accord se traduisant par l'embauche de 153 personnes supplémentaires en 2 ans. "C'est un accord unique" se vante-t-il dans la presse du 10 décembre. On veut bien le croire. Contrairement à ce qui se passe habituellement dans les entreprises privées, aucune compensation n'a été demandée au personnel, qui garde tous ses avantages acquis : repos tout le week-end, six semaines de congés payés, etc. et qui va être présent 4 heures de moins par semaine. Il y aura même une revalorisation des indemnités. Moins d'heures, et plus de salaire : oui, c'est vraiment unique.

Lors de la séance du Conseil général du 9 décembre, M. Vézinhet et les syndicats se sont congratulés publiquement. "C'est l'engagement résolu d'un dialogue social qui voit le jour" s'est enthousiasmé M. Vézinhet. Mais il a oublié d'indiquer combien cela allait coûter. Il est vrai que tout a été fait sans la moindre étude préalable concernant les besoins réels à satisfaire en matière de services et de postes à créer. Par exemple, la Couverture maladie universelle (CMU) va être prise en charge par l'Etat, ce qui libère 20 personnes du Département qui s'en occupaient jusque-là. Où va-t-on les mettre? Il faut voir. En attendant, on va en embaucher 153 de plus! Pourquoi s'embarrasser de ces détails? 2000 ou 2500 employés, quelle différence? Le contribuable paiera.

Les frais de personnel dans le budget du département sont passés de 310 à 480 millions de F entre 1993 et 1999. Soit une augmentation de 55%. Mais, la hausse n'est pas finie : le dialogue social de M. Vézinhet vient à peine de voir le jour!  

RETOUR vers dossiers Actuels

 

HAUT DE PAGE